M. Samba, du collectif des victimes (kipe 2) raconte: C’est aux environs de 10h que les bulldozers accompagnés de 25 pick-up sont arrivés en face de la RTG. Quelques minutes après…

kipe 2
senditoovotre site
Liker cet article

181 Partages

Ce mardi, les hommes du ministre Ibrahia Kourouma sont descendus dans la zone Kipe 2 accompagnés d’un contingent d’hommes en uniforme pour détruire les maisons de citoyens qui s’y trouvaient. Pour en parler, Africamidi a invité Mamadou Samba Sow, victime et membre du collectif des victimes.

Comment s’est passé l’opération de destruction des maisons ce matin à Kipe 2?

Mamadou Samba Sow: Pour la première fois de ma vie, ça fait 25 ans que nous sommes là. ma famille et moi allons passer la nuit dans la belle étoile (dehors), à cause de cette haine entretenue et développée par un régime sans foi ni loi dirigé par un professeur de Droit qui prétend avoir mené 40 ans de lutte politique. Mais voilà les résultats.

C’est aux environs de 10h que les bulldozers accompagnés de 25 pick-up sont arrivés en face de la RTG. Quelques minutes après, les machines sont entrées en action, alors que les premières informations qu’on nous avait données laissaient entendre qu’il s’agissait de dégager des encombrants physiques qui étaient sur cette partie.

Malheureusement, la première maison a été détruite avec ses tôles et fenêtres sous le regard impuissant des propriétaires. Des échauffourées ont éclaté un peu partout entre les gendarmes et des jeunes qui voyaient des années d’efforts de leurs parents ruinés par cet armada de soldats qui a aussi arrêté des jeunes qui prenaient des photos et des vidéos. Beaucoup ont été arrêtés.

Au soir (lors de l’interview)

Aujourd’hui, les femmes sont entrain de se débrouiller ici. Nous préparons à prendre notre repas, sous les manguiers avec des torches. L’électricité a été complètement coupé. Tout a été arraché. Les rares maisons qui restent sont décoiffées. Nous avons cherché où mettre les tôles, les portes et autres à l’abri, en attendant la journée de demain.

La situation aujourd’hui est chaotique. Des veuves, des fonctionnaires à la retraite, des personnes qui ont été déplacées de la cité des médecins de Kipé pour cause d’utilité publique et d’autres derrière l’aéroport de Conakry ont été recasées ici. Des personnes qui ont des documents de 1985 à aujourd’hui; elles se retrouvent abandonnées sans aucun soutien, sans aucune réaction des institutions de la place. C’est ça la Guinée d’Alpha Condé aujourd’hui.

La maison familiale de Mamadou Samba Sow

Notre maison, c’est l’effort non seulement de notre père qui a servi près de 30 ans au service de la marine nationale guinéenne. Le fond de départ pour construire cette maison (est issu) d’un accident de circulation qui est arrivé à notre petit-frère qui a eu sa jambe amputée. Puisque le véhicule qui était à l’origine de cet accident-là avait une assurance au niveau de l’UGAR. C’est cet argent-là qui a servi de fond de départ. Donc, voilà des épargnes de plusieurs années, y compris les épargnes de notre papa. C’est tout ça qui vient d’être ruiné par Mr Alpha Condé, Ibrahima Kourouma accompagnés du Général Ibrahima Baldé qui font donc régner la terreur ici.

Pourquoi des jeunes ont été arrêtés?

Ces jeunes, c’était soit pour résister aux agresseurs, soit c’est pour prendre des photos.

Ils ne permettaient pas de prendre des photos, surtout si on n’est pas journaliste. Or, les gens veulent immortaliser cela et garder des souvenirs. Donc ça les irrite. Ils veulent détruire, mais ils ne veulent pas être vus sur les réseaux sociaux et autres. Ils ont procédé à des arrestations. Il y a eu des échauffourées

Rate this post

Liker cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.